Né à la fin des années 60, l’email n’est aujourd’hui plus tout jeune mais papy fait de la résistance : plus de 215 millions de courriers électroniques ont été échangés en 2016, hors spam, et les prévisions s’annoncent haussières.

En parallèle, le mobile devient le moyen privilégié pour consulter ses emails. Alors que les évolutions connues sur la toile passent et vont bon train, nous, web designers habitués à de plus grandes prouesses pour la réalisation de sites internet, devons encore travailler des emails dans un HTML relativement basique, user d’astuces et de hacks pour créer des contenus responsives, etc.

Un email bien fait, c’est quoi ?

C’est avant tout une base de données hyper qualifiée, à jour et donc entretenue. Ensuite, un bon contenu évidemment (idéalement personnalisé) ! Ça passe par un titre accrocheur, des textes et des images pertinentes et percutantes, équitablement répartis… En plus de capter l’attention du lecteur, tout cela permet de passer les barrières des règles anti-spam et anti-phishing : votre adresse email et votre serveur se taillent leur e-reputation afin de ne pas être blacklistés. Personnellement, je recommande depuis quelques années de passer par des plateformes dédiées telles MailChimp ou MailJet, qui bénéficient des authentifications (SPF, DKIM) nécessaires. Elles ont un seul boulot : assurer la délivrabilité de votre mail. Croyez-moi qu’elles sont alertes et focalisées sur cette unique objectif, et mettent ainsi tout en oeuvre pour cela. Comme vous pouvez le constater, les abus des décennies passées ont fini par transformer une campagne d’emailing en véritable parcours du combattant !

Vers un nouveau souffle ?

Autre cauchemar connu des graphistes, la compatibilité entre clients mail… Que ce soit les nombreux logiciels de bureaux ou les webmails, chacun interprète le code à sa sauce… Chercher un rendu commun entre ces derniers peut parfois donner l’envie de s’arracher les cheveux ! L’expliquer au client, souvent néophyte, vous rendra chauve ! Pour toutes ces raisons, les mises en page d’emails demeurent aujourd’hui encore très simplistes. Pour imager et en exagérant un peu, je rappelle que nous développons des sites en HTML5 et des newsletters en HTML1. TABLE, TR, TD sont toujours les valeurs sûres ! … Un vrai voyage 20 ans en arrière !

« Gmail est parmi les services de messagerie en ligne les plus utilisés au monde. Mais il ne peut continuer de supporter ad vitam aeternam des systèmes d’exploitations vieillissants et non sécurisés. », Phonandroid.

Quelques bonnes nouvelles (ou pas*) : Google annonce que Gmail prendra en compte les media CSS et ne supportera plus Windows XP et Vista ; tandis qu’un autre mastodonte, Microsoft via Litmus souhaite également faire entrer Outlook dans une nouvelle ère. Foundation ou MJML proposent des frameworks pour emails responsives s’occupant de la sale besogne. *La question est : faut-il que l’email devienne un mini-site rempli de contenus multimédia et interactifs ? Pour aller dans ce sens, et pour contourner les contraintes techniques actuelles, on voit entre autres exemples de plus en plus de GIF en cinémagraphe (attention au poids limité à 150 ko et certains clients n’affichent que la première image). C’est une bonne alternative qui fait le taff mais qui reste du bricolage ! Tout comme les sites internet, les emails devraient être soumis aux normes W3C ou avoir ses propres standards, ça faciliterait beaucoup de choses !

L’email est-il amené à disparaître ?

J’ai souvent dit que l’email était amené à disparaître… Propos un peu provocateur, je le concède : le courrier papier n’a pas été totalement remplacé par sa version électronique ; Internet n’a pas tué les livres ou les autres médias ; etc. J’entends ici l’efficacité de l’email dans sa forme mercantile ou professionnelle. Les réseaux sociaux, les messageries instantanées, les outils de productivité comme Slack, Trello, ou le tout récent Dropbox Paper et consorts remplacent les courriels devenus trop nombreux, chronophages et donc improductifs (ce que j’appelle l’emailite… c’est comme la réunionite, mais par le biais d’emails… un véritable fléau !).

Personne n’aime voir sa boite aux lettres remplie (hormis pour nos achats Amazon ou Vente Privée, et autres petits colis / cadeaux ! ^^). Vos emails, c’est pareil ! L’Inbox Zero est un objectif ! (J’en rêve !) Trop d’emails tue l’email. Les chiffres et les prévisions du moment concernant l’usage des courriers électroniques me font mentir. Je reste toutefois persuadé que l’email doit retrouver son rôle initial de correspondance, transmettre un message et dans certains cas, provoquer le clic vers un site internet où pourront être trouvées toutes les informations complémentaires. L’email ne doit pas devenir un énième fourre-tout.

Et pour vous, à quoi ressemble l’email idéal ? À quoi sert-il ? 🙂

Partagez cet article :

#JeDSIGNEDJeDisRien… Et vous ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

luctus dolor. ultricies libero tristique eleifend ipsum