Au-delà de confondre un graphiste avec un informaticien, ce qui m’agace bien, c’est que l’on pense que je suis auto-entrepreneur… Je n’ai rien contre ce statut simplifié. Quelque part, l’important c’est d’entreprendre et de prendre des risques, donner le meilleur de soi-même pour atteindre ses objectifs et ceux de ses clients.

Mon statut d’entreprise individuelle

Bien qu’on puisse quasi dire qu’un auto-entrepreneur est une entreprise individuelle, l’inverse est moins vrai. Ce qui me chafouine :

  1. J’ai en réalité un régime « un peu » plus complexe, celui d’une profession libérale (comme un médecin, un·e avocat·e ou un·e infirmier·ère). Administrativement, notamment en comptabilité, on peut vraiment se prendre la tête. Je vais donc vous épargner les détails, ça n’intéresse personne, pas même mon AGA1 qui s’occupe de moi probablement plus par obligation que par passion (et je les comprends… Désolé ami(e)s comptables, je ne sous-entends pas que vous ne vous éclatez pas avec vos tableaux Excel, les déclarations 2042, 2035 ou vos équilibres de comptes, hein ! :P).
  2. Ayant créé DSIGNED en 2005, soit 3 ans avant l’invention de l’auto-entreprise, il m’était donc impossible d’opter pour ce statut, et même si il avait existé à cette époque, je n’aurai pas opté pour. Motifs :
    • Il me paraît plus juste de déduire les charges2 du CA, et que le résultat net constitue la base d’imposition ;
    • Payer et récupérer la TVA quasi omni-présente ;
    • Ne pas avoir un chiffre d’affaires plafonné ;

Avantages de l’auto-entreprise

Cet article n’a pas pour but de détailler les pour et les contres des différents régimes d’entreprise, et je peux comprendre les choix de chacun. D’ailleurs, je vais aussi citer les raisons pour lesquelles je crois en revanche qu’il est judicieux de devenir auto-entrepreneur :

  1. Être en poste, et développer une petite activité parallèle qui ne serait pas taxée de (euh… en fait si… hahaha…) considérée comme du travail au noir.
  2. Tester un marché durant 1 ou 2 ans, le temps de se mettre sur les rails et prendre le pli avant de se lancer dans le grand bain qui s’avérera bien plus difficile une fois les « simplifications » en moins !
  3. Je crois que j’en oublie un… Ça me reviendra…

J’ai aussi quelques critiques, mais je préfère les garder pour des discussions en face-à-face, hors des micros et des caméras des Internets ! Non, non, je ne suis pas parano !

1 Les AGA ou Associations de Gestion Agréée n’ont pas le droit de faire de la publicité, mais je peux très vivement vous recommander l’ARAPL qui m’accompagne depuis mes débuts, et vous en dire le plus grand bien ! À noter qu’il est obligatoire d’en être adhérent si on ne veut pas subir une majoration sur sa base imposable 🙂

2 Nombreux sont ceux qui imaginent que des activités de prestations de services ne nécessitent pas forcément beaucoup de charges, cependant, additionnées les unes derrière les autres, les montants représentent vite une petite somme non-négligeable…

Partagez cet article :

#JeDSIGNEDJeDisRien… Et vous ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

pulvinar consectetur sed tristique velit, dolor. consequat.